images/Didier-Quentin-Actualites.jpg
Le 18 février 2010
 
 
 
 
 
 
Réaction de Didier QUENTIN, Député-Maire de Royan, à la mort de Robert PANDRAUD
 
 
C'est avec une immense tristesse que j'ai appris ce jeudi matin la disparition de Robert PANDRAUD. Comme conseiller diplomatique en 1986, j'ai été membre des Cabinets de Charles PASQUA, Ministre de l'Intérieur, et de Robert PANDRAUD, alors Ministre délégué à la Sécurité Intérieure.
 
De cette période difficile où notre pays était confronté à des attentats terroristes, je me souviens d'un ministre tout entier à sa tâche et conscient des enjeux pour la sécurité de nos concitoyens. Il avait une réelle autorité sur la hiérarchie policière, ayant lui même occupé les plus hautes responsabilités au sein du Ministère de l'Intérieur.
 
Ce provincial de Haute-Loire, passé par l'ENA, qui n'avait rien des énarques que l'on caricature parfois, était devenu l'un des plus grands spécialistes de la Police Nationale, ainsi que de la Ville de Paris et de ses banlieues.
 
Puis, je l'ai côtoyé comme député et il m'a fait partager son expérience, notamment à la Commission des Affaires européennes qu'il présidait. Nous avons aussi conduit ensemble de nombreux combats, aux côtés de Jacques CHIRAC.
 
Figure respectée de la droite républicaine et gaulliste de conviction, Robert PANDRAUD savait se montrer d'une grande humanité et exprimer son point de vue souvent original, sans jamais pratiquer la langue de bois. Il laissera le souvenir d'un grand serviteur de l'Etat et d'un patriote ardent.
 
 
_____________