images/Didier-Quentin-Actualites.jpg
Le 19 mars 2010
 
 
 
Réaction du député Didier QUENTIN
devant la fermeture des bassins conchylicoles de la Charente-Maritime
 
 
A la suite d'une analyse de l'eau faisant état de la présence d'une toxine, avec un taux 4 fois supérieur à la norme en vigueur, le Préfet de la Charente-Maritime vient de décider la fermeture des différents parcs de production sur le littoral charentais. Cette toxine serait la conséquence de la tempête « Xynthia ».
 
Cette analyse a été réalisée sur des zones de production de coquillages et rien n'indique, pour l'heure, que les claires soient touchées par une telle bactérie.
 
Néanmoins, le principe de précaution doit être la règle. Il convient donc d'agir avec un esprit de responsabilité, et avec le souci de préserver la santé de nos concitoyens.
 
J'ai immédiatement informé le Cabinet de Bruno LE MAIRE, Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, de ce fâcheux événement. Il m'a été confirmé que tout serait mis en oeuvre pour réouvrir les zones de production, dans les meilleurs délais, et que des analyses seront effectuées de façon régulière.
 
Comme député du Bassin de Marennes-Oléron, je tiens à apporter mon plus chaleureux soutien à toute la filière. J'aurai à coeur, devant cette nouvelle crise qui frappe de plein fouet nos conchyliculteurs, déjà touchés par la mortalité du naissain et la tempête « Xynthia », de tout mettre en oeuvre pour en limiter l'impact. Je me rendrai dès samedi matin 20 mars dans plusieurs exploitations du Bassin avec Dominique BUSSEREAU.
 
Le 18 février 2010
 
 
 
 
 
 
Réaction de Didier QUENTIN, Député-Maire de Royan, à la mort de Robert PANDRAUD
 
 
C'est avec une immense tristesse que j'ai appris ce jeudi matin la disparition de Robert PANDRAUD. Comme conseiller diplomatique en 1986, j'ai été membre des Cabinets de Charles PASQUA, Ministre de l'Intérieur, et de Robert PANDRAUD, alors Ministre délégué à la Sécurité Intérieure.
 
De cette période difficile où notre pays était confronté à des attentats terroristes, je me souviens d'un ministre tout entier à sa tâche et conscient des enjeux pour la sécurité de nos concitoyens. Il avait une réelle autorité sur la hiérarchie policière, ayant lui même occupé les plus hautes responsabilités au sein du Ministère de l'Intérieur.
 
Ce provincial de Haute-Loire, passé par l'ENA, qui n'avait rien des énarques que l'on caricature parfois, était devenu l'un des plus grands spécialistes de la Police Nationale, ainsi que de la Ville de Paris et de ses banlieues.
 
Puis, je l'ai côtoyé comme député et il m'a fait partager son expérience, notamment à la Commission des Affaires européennes qu'il présidait. Nous avons aussi conduit ensemble de nombreux combats, aux côtés de Jacques CHIRAC.
 
Figure respectée de la droite républicaine et gaulliste de conviction, Robert PANDRAUD savait se montrer d'une grande humanité et exprimer son point de vue souvent original, sans jamais pratiquer la langue de bois. Il laissera le souvenir d'un grand serviteur de l'Etat et d'un patriote ardent.
 
 
_____________
Le 21 décembre 2009
 
 
 
 
Communiqué de presse
 
 
 
Didier QUENTIN, Député-Maire de Royan, a présenté, le 15 décembre 2009, devant la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale, dont il est le Vice-Président, une communication sur la construction navale intitulée « La filière maritime européenne en sursis? ».
 
Il y manifeste une grande inquiétude devant la situation de la construction navale et du transport maritime en Europe. Il souhaite que les institutions européennes se saisissent à bras le corps de cette question.
 
Aussi, sur la proposition de Didier QUENTIN la Commission des Affaires européennes de l'Assemblée Nationale, a-t-elle décidé de créer une mission d'information sur ce thème.
 
Après s'être rendue à Bruxelles et avoir auditionné les principaux acteurs de la filière, cette mission devra dresser un diagnostic et proposer des solutions réalistes susceptibles d'être mises en oeuvre rapidement par les pouvoirs publics au niveau communautaire, comme au niveau national.
 
Le 17 décembre 2009
 
 
 
 
 
Didier QUENTIN a eu une réunion de travail avec le futur Directeur de l'Agence Régionale de Santé, ce jeudi 17 décembre, à Poitiers
 
 
 
Après avoir rencontré Roselyne BACHELOT et son Cabinet, le mercredi 9 décembre 2009, le député-maire de Royan, Didier QUENTIN s'est entretenu à Poitiers, ce jeudi 17 décembre 2009, avec François-Emmanuel BLANC, le futur Directeur de l'Agence Régionale de Santé de Poitou-Charentes.
 
1°) S'agissant de l'avenir du Service Mobile d'Urgence et de Réanimation (SMUR), Monsieur BLANC a bien pris note du souhait de la population, de la communauté hospitalière et des élus, que ce service soit non seulement maintenu, mais développé, conformément à la motion adoptée à l'unanimité, le 23 novembre dernier, par le Conseil d'administration du Centre Hospitalier de Royan et qui sera également soumise au conseil municipal du 23 décembre prochain.
 
Didier QUENTIN a tout particulièrement insisté sur la consolidation des moyens financiers alloués au SMUR, dans le cadre de mission d'intérêt général et d'aide à la contractualisation, afin de garantir une offre de soins efficace pour la population.
 
2°) Pour ce qui est de la Clinique Pasteur, le devenir de la maternité et le suivi du groupement de coopération des urgences ont été abordés.
 
Le député-Maire Didier QUENTIN a invité le futur Directeur de l'ARS à se rendre à Royan, dans la seconde quinzaine du mois de janvier, pour une visite sur le terrain des équipements sanitaires de l'agglomération royannaise et pour un premier contact avec les personnels de santé.
 
________________
Beaucoup d'entre vous ont appelé mon attention sur l'examen par l'Assemblée Nationale, le 19 novembre prochain, de la proposition de loi déposée par le groupe socialiste radical et citoyen, relative au droit de finir sa vie dans la dignité.
 
Comme vous le savez, ce texte relance le débat sur l'euthanasie dans notre pays. Il s'agit là d'une question essentielle pour chacune et chacun d'entre nous et qui doit être abordée en pleine conscience.
 
Je connais bien les arguments de ceux qui sont en faveur d'un légalisation de l'euthanasie, à savoir mettre fin à une certaine forme d'acharnement thérapeutique. A l'inverse, ceux qui se prononcent pour une interdiction absolue d'une telle initiative dénoncent les risques de dérives constatées dans certains États européens, avec la tentation de mettre un terme à la vie des personnes les plus fragiles, comme les personnes âgées et les personnes dépressives et ou démentes.
 
C'est la raison pour laquelle une solution de compromis a été recherchée par le développement des soins palliatifs permettant de répondre à de nombreuses situations, y compris les plus douloureuses, et aux souffrances extrêmes des grands malades. Tel est le sens de la loi du 22 avril 2005, relative aux droits des malades et à la fin de vie.
 
Dans cet esprit, le Président de la République a annoncé, en juin 2008, la mise en oeuvre d'un grand plan national en faveur des soins palliatifs. Il apparaît donc indispensable de renforcer la formation des personnels soignants et d'améliorer l'accès à de tels soins dans notre pays.
 
Il s'agit là d'un texte d'équilibre entre le droit à la dignité et le refus de tout acharnement thérapeutique.
 
Voilà les éléments d'information que je voulais porter à votre connaissance.
 
 
      Didier QUENTIN  (portable : 06 11 30 19 20)