images/Didier-Quentin-Actualites.jpg
Madame la Rectrice,
 
 
Permettez-moi d'appeler de nouveau votre attention sur la demande des élus, des enseignants et des parents d'élèves de voir officialisée la création d'une Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA), au collège du Pertuis d'Antioche de Saint-Pierre d'Oléron (Cf. motion ci-jointe).
 
Comme je vous l'avais indiqué dans ma correspondance en date du 19 janvier, le mouvement s'amplifie pour le maintien d'une prise en charge spécifique des élèves en difficulté sur Oléron, avec l'affectation de moyens et d'un enseignant spécialisé.
 
Toute la communauté éducative demande la pérennisation d'une véritable SEGPA et non d'une formule intermédiaire, dont il est à craindre qu'elle soit seulement un dispositif alternatif de court terme.
 
Des efforts ont déjà été consentis par Monsieur l'Inspecteur d'Académie qui a exclu, pour ces jeunes élèves de 6ème et de 5ème, un transfert sur Rochefort, avec toutes les difficultés psychologiques et financières qui n'auraient pas manqué d'en résulter.
 
Par ailleurs, de nombreux élus de l'île d'Oléron et du continent s'inquiètent d'une éventuelle remise en cause d'un certain nombre de Regroupements Pédagogiques Intercommunaux (RPI) qui ont prouvé leur efficacité, pour maintenir des écoles primaires dans des petites communes rurales.
 
C'est pourquoi je vous serais très reconnaissant de m'indiquer les mesures que vous entendez prendre, pour rassurer les élus, les enseignants et les parents d'élèves.
 
En vous remerciant par avance de me tenir au courant de l'évolution de cette affaire très sensible et restant à votre disposition pour d'éventuels compléments d'information, je vous prie de croire, Madame la Rectrice, à l'expression de mes respectueux hommages.
 
 
 
 
                                      Didier QUENTIN
Madame la Rectrice,
 
 
Permettez-moi d'appeler votre attention sur l'avenir de la Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA) du collège du Pertuis d'Antioche de Saint-Pierre d'Oléron.
 
Comme je l'avais appelé de mes voeux dans un courrier en date du 5 janvier dernier (Cf. copie jointe n°1), une réunion de travail a été organisée à ce sujet. L'Inspecteur d'Académie s'est rendu sur place, le 12 janvier. Il a pu ainsi se rendre compte physiquement de la très forte émotion et de la très forte mobilisation provoquées par la regrettable annonce de suppression de cette SEGPA. Elle est regrettable, car des explications fournies en amont et une vraie concertation auraient sans doute évité bien des malentendus...
 
L'Inspecteur d'Académie a certes contribué à en dissiper quelques-uns, lors de la réunion de lundi, en assurant notamment qu'il y aura toujours une prise en charge spécifique des élèves en difficulté sur Oléron, avec l'affectation de moyens et d'un enseignant spécialisé.
 
Il est donc exclu, pour ces jeunes élèves de 6ème et de 5ème, un transfert sur Rochefort, avec toutes les difficultés psychologiques et financières qui en auraient résulté.
 
Il n'en demeure pas moins une certaine incompréhension et une certaine appréhension devant le dispositif de remplacement proposé, au moyen d'une convention, pour prendre en charge la grande difficulté scolaire sur l'île d'Oléron.
 
En effet, même si la SEGPA n'existait pas jusqu'alors au sens juridique plein, elle existait bien en fait! Elle était même officialisée par certains documents comme le montrent les pièces ci-jointes (Cf. copies jointes n°2 et 3).
 
Il me semble donc important, dans la lettre de mission qui doit être adressée au Principal de l'établissement, de bien confirmer le maintien des moyens actuellement mis à disposition de ces élèves en difficulté et d'autre part d'apporter le maximum de garanties sur la pérennisation pluri-annuelle de ce dispositif.
 
                                                                                                                                          
Par ailleurs, au vu des problèmes particuliers de retard scolaire constatés depuis de nombreuses années en Oléron, il pourrait sembler souhaitable de créer une SEGPA, en bonne et due forme, dans l'île ; mais je laisse naturellement aux élus oléronnais la responsabilité d'engager une démarche en ce sens. La question mérite néanmoins d'être posée.
 
En vous remerciant par avance de me tenir au courant de l'évolution de cette affaire très sensible et restant à votre disposition pour d'éventuels compléments d'information, je vous prie de croire, Madame la Rectrice, à l'expression de mes respectueux hommages.
  
 
 
                                                                       Didier QUENTIN

Lettre de Dider QUENTIN à Monsieur Gérard PRODHOMME
       
                                                                                               
 
Monsieur l'Inspecteur d'Académie,
 
Permettez-moi d'abord de vous remercier de nouveau d'être venu, lundi 12 janvier, au collège du Pertuis d'Antioche de Saint-Pierre d'Oléron, pour une réunion de travail avec des élus, des enseignants et une représentante des parents d'élèves, à propos de l'avenir de la Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA) de cet établissement.
 
Comme je vous l'avais déjà signalé par mon courrier en date du 5 janvier dernier, vous avez pu ainsi vous rendre compte physiquement de la très forte émotion et de la très forte mobilisation provoquées par la regrettable annonce de suppression de cette SEGPA ; regrettable, car des explications fournies en amont et une vraie concertation auraient sans doute évité bien des malentendus...
 
Vous avez contribué à en dissiper quelques-uns, lors de la réunion de lundi, en assurant notamment qu'il y aura toujours une prise en charge spécifique des élèves en difficulté sur Oléron, avec l'affectation de moyens et d'un enseignant spécialisé.
 
Il est donc exclu, pour ces jeunes élèves de 6ème et de 5ème, un transfert sur Rochefort, avec toutes les difficultés psychologiques et financières qui en auraient résulté.
 
Il n'en demeure pas moins une certaine incompréhension et une certaine appréhension devant le dispositif de remplacement que vous avez proposé, au moyen d'une convention, pour prendre en charge la grande difficulté scolaire sur l'île d'Oléron.
 
En effet, même si la SEGPA n'existait pas au sens juridique plein, elle existait bien en fait! Elle était même officialisée par certains documents comme le montrent les pièces ci-jointes.
 
Il me semble donc important, dans la lettre de mission que vous allez adresser au Principal de l'établissement, de bien confirmer le maintien des moyens actuellement mis à disposition de ces élèves en difficulté et d'autre part d'apporter le maximum de garanties sur la pérennisation pluri-annuelle de ce dispositif.
 
                                                                                                                                             
Par ailleurs, au vu des problèmes particuliers de retard scolaire constatés depuis de nombreuses années en Oléron, il pourrait sembler souhaitable de créer une SEGPA, en bonne et due forme, dans l'île ; mais je laisse naturellement aux élus oléronnais la responsabilité d'engager une démarche en ce sens. La question mérite néanmoins d'être posée.
 
En vous remerciant par avance de me tenir au courant de l'évolution de cette affaire très sensible et restant à votre disposition pour d'éventuels compléments d'information, je vous prie de croire, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, à l'expression de ma considération distinguée.
 
 
 
 
 
                                                                       Didier QUENTIN
                                                                       (portable 06 11 30 19 20)