images/Didier-Quentin-Actualites.jpg
 

Suppression des cours le samedi matin:

�� Dans sa « Lettre aux éducateurs », adressée le 4 septembre à tous les enseignants de France, le Président de la République a souhaité une remise à plat des rythmes scolaires, pour éviter de faire supporter aux élèves français une charge de travail trop lourde et contre-productive. En contrepartie, nul ne doit entrer au collège sans savoir lire, écrire et compter.

�� Dans cette optique, le ministre de l'Education nationale, M. Xavier DARCOS, a annoncé le 27 septembre 2007 la suppression, dès la rentrée 2008, des cours le samedi matin à l'école primaire. Cette suppression devrait être ensuite étendue aux collèges. Cette décision a pour objectif de rendre aux familles le temps qui leur appartient et de soutenir ceux qui en ont le plus besoin. Elle constitue la pierre angulaire de la réforme de l'école primaire lancée par le ministre de l'Education nationale.

1. Restaurer le temps des familles

Le samedi matin appartient aux familles, pas au temps scolaire. Pour les parents qui travaillent toute la semaine, c'est une occasion de passer du temps avec leurs enfants, d'organiser des activités de loisir, d'être ensemble.

Or jusqu'ici, la très grande diversité des rythmes scolaires - entre les différents départements, entre le public et le privé - empêchait bien souvent les familles de profiter de ce moment privilégié. Il n'est pas rare aujourd'hui que dans une famille, l'aîné n'ait pas cours le samedi au collège alors que ses frères et soeurs, eux, vont à l'école le samedi matin.

Dans les familles recomposées où l'on ne pratique pas la garde alternée, les cours du samedi matin privent également l'un des deux parents du temps, toujours trop bref, qu'il peut passer avec son enfant. Au lieu de profiter d'un week-end entier tous les quinze jours, parent et enfant ne se retrouvent qu'à la sortie des classes le samedi.

Le ministre de l'Education nationale a donc décidé de rendre ce temps aux familles et d'unifier la situation au niveau national en supprimant à partir de la rentrée 2008, partout en France, les cours du samedi matin pour les élèves du primaire.

2. Repenser les rythmes scolaires

Les heures supprimées ne seront reportées ni sur le mercredi matin ni sur les autres jours de la semaine. Les élèves français suivent 936 heures de cours par an dans le primaire, contre moins de 800 heures en moyenne en Europe. Les spécialistes de l'enfance s'accordent en général à dire que la semaine de nos enfants est trop chargée ; la suppression des heures du samedi matin doit permettre de l'alléger.

A compter de la rentrée 2008, les élèves auront donc une semaine de cours obligatoires de 24 heures, contre 26 actuellement. Ce changement ramènera l'année scolaire à 864 heures au total. Ce chiffre se rapproche de ce qui se pratique chez nos voisins européens, tout en restant encore largement au-dessus de la moyenne.
3. S'occuper de ceux qui en ont le plus besoin
La grande majorité des élèves verra son temps scolaire diminuer. En revanche, les 2 heures ainsi libérées doivent être utilisées, à un autre moment de la semaine, pour permettre à ceux qui sont le plus en difficulté d'être accompagnés de manière personnalisée dans leurs apprentissages.
Les enseignants consacreront ces 2 heures par semaine à l'accompagnement des 15% d'enfants qui rencontrent, selon le Haut Conseil de l'Education, de graves difficultés scolaires. Ce temps permettra au professeur de revenir, avec un petit groupe d'élèves, sur les leçons de la journée pour s'assurer qu'elles sont comprises et assimilées.

Cette mesure permettra de s'assurer que nul ne rentre au collège sans maîtriser les savoirs de base. Pour cela, il faut traiter les difficultés au fur et à mesure qu'elles apparaissent et avant qu'elles ne s'installent durablement. A l'Ecole, chacun doit pouvoir avancer à son rythme. Le raisonnement est donc simple : donner plus d'heures aux élèves en difficulté pour qu'au final chacun sache lire, écrire et compter.

4. Assurer la justice sociale

La suppression des cours le samedi matin n'est pas destinée à profiter seulement aux familles qui peuvent se permettre de partir en week-end. La mesure prendra en compte les besoins des parents qui ne peuvent pas, notamment parce qu'ils travaillent ce jour-là, s'occuper de leurs enfants le samedi matin.
Là où c'est nécessaire, les écoles resteront donc ouvertes et proposeront aux élèves qui le souhaitent des activités culturelles, artistiques et sportives. Un « Réseau école ouverte » sera ainsi créé, sur le modèle de celui qui existe pendant les vacances. Le ministre de l'Education nationale va lancer rapidement une concertation avec les maires concernés pour mettre en place ce dispositif.