images/Didier-Quentin-Actualites.jpg
Didier QUENTIN s'adresse à Roselyne BACHELOT


        Madame la Ministre,
 
Permettez-moi d’appeler, de nouveau, votre attention sur le souhait des élus de la Communauté de Communes d’Oléron et des professionnels de santé de l'île, de voir la création d’une structure d’urgence médicale, au centre hospitalier de Saint-Pierre d’Oléron (17310).
 
Comme je vous l’ai déjà écrit dans ma correspondance du 21 octobre dernier (cf Pièce Jointe n°1), ils ont sollicité, à de nombreuses reprises, la mise en place d’une telle structure.
 
En effet, dans le cas d’une urgence vitale, en partant du sud de l’ile d’Oléron, il faut environ 30 minutes pour se rendre au centre le plus proche (Rochefort 17300), et en partant du nord, il faut environ une heure.
 
En outre, la population de l’ile est vieillissante, et cette tendance va s’accentuer. Il convient aussi de souligner que la fréquentation de l'île passe de 20.000 à 30.000 habitants durant l'hiver et les inter-saisons, avec les résidents secondaires qui y séjournent de plus en plus longtemps, à plus de 200.000 personnes en période estivale.
 
Vous trouverez, à ce sujet, un article de presse (P.J. n°2) paru dans le « Sud-Ouest » de ce vendredi 23 janvier qui décrit fort bien ce phénomène.
 
C’est pourquoi je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m’indiquer la suite   pouvant être donnée à cette affaire sensible qui me tient particulièrement à coeur.
 
En vous en remerciant par avance et restant à la disposition de votre Cabinet pour d’éventuels compléments d’information, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, chère Roselyne, l'expression de mes respectueux hommages.
 
 
 
 
Didier QUENTIN
Madame la Ministre,
 
Permettez-moi d'appeler votre attention sur les difficultés rencontrées par la maternité de la Clinique Pasteur de Royan, qui remplit une mission de service public, suite à la fermeture de ce service au sein du Centre hospitalier de Royan.
 
En effet, malgré une revalorisation partielle de l'activité d'obstétrique en mars 2008, ce service de maternité n'est toujours pas rémunéré à la hauteur de son coût de fonctionnement. La direction de cet établissement dénonce l'écart de rémunération entre le secteur public et le secteur privé, pour des actes de soins identiques.
 
De plus, cette clinique a pris des initiatives qui permettent d'améliorer le confort des femmes en couches, grâce à des techniques de relaxation, acupuncture, prise en charge psychologique... Il participe aussi aux actions de prévention d'aide à l'arrêt du tabac, de dépistage précoce de la surdité, et d'information aux jeunes parents ; mais il en résulte que cette maternité fonctionne à perte.
 
C'est pourquoi je vous serais très reconnaissant de faire procéder à un examen bienveillant et diligent de la situation de la maternité de la Clinique Pasteur, notamment par une évaluation juste des honoraires de soins.
 
En vous remerciant par avance pour votre esprit de coopération et restant à la disposition de votre Cabinet pour d'éventuels compléments d'information, je vous prie de croire, Madame la Ministre, chère Roselyne, à l'expression de ma considération distinguée.