images/Didier-Quentin-Drapeau.jpg
Engagé dans ce combat depuis plus de quatre ans, il a multiplié les interventions, comme député, auprès des différents ministres concernés et a voté plusieurs fois contre ce projet au sein du conseil du Parc naturel marin. Il a également participé à des manifestations sur le terrain.

Ce projet prévoyait sur 30 ans l'extraction d'un volume annuel moyen de 430 000 m3 de graves et sables, soit au total 13 millions de m3, dans une zone située au plus à 1 km de la Pointe de la Coubre, à La Palmyre.

Il convient de rappeler que la commission d'enquête avait, dans ses conclusions, pointé des risques, en particulier pour le trait de côte et les ressources halieutiques.

Une bataille vient d'être gagnée, grâce à cette mobilisation générale, au-delà des clivages traditionnels, mais il faut rester très vigilant pour protéger notre littoral contre les funestes projets de certains « apprentis sorciers ».

- Facebook -

- Formulaire de Contact -