images/Didier-Quentin-Drapeau.jpg
 On entend souvent dénoncer le régime de retraite privilégié dont bénéficieraient les députés. Il n’en est rien ! Les députés cotisaient effectivement à un régime de retraite spécial, créé en 1904. Ce régime de retraite a été réformé, à plusieurs reprises, durant les dernières années. Il restait toutefois dérogatoire par rapport au droit commun. C’est pourquoi la réforme adoptée par le Bureau de l’Assemblée Nationale, en septembre 2017, a consisté à aligner le régime de retraite des députés sur le droit commun, en l'occurrence sur celui de la fonction publique. Ainsi, le système de retraite complémentaire facultatif est supprimé, les bonifications familiales sont alignées sur le régime de la fonction publique, de même que les taux des pensions de réversion. En conséquence, pour un mandat avec cotisation, les droits à retraite ouverts passent de 1053 € à 664 €. La réforme est entrée en vigueur le 1er janvier 2018. Pour faire valoir ses droits, il faut être âgé de 62 ans. À l’avenir, la retraite des députés sera intégrée dans le régime de retraite unique qui devrait être instauré.

- Facebook -

- Formulaire de Contact -