images/Didier-Quentin-Drapeau.jpg

La suppression de l'École Nationale d'Administration vient d'être annoncée par le Président de la République, lui-même ancien élève.

J'y vois une concession démagogique faite à un populisme primaire ! S'il suffisait de supprimer l'ÉNA pour assurer le redressement de notre cher et vieux pays, et pour remédier à tous les maux dont il souffre, notamment une "technocrassie" paralysante, je voterais ! Mais tout cela n'est qu'illusion...

Cette grande école française, voulue par le Général de Gaulle et conçue par Michel Debré, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, avait pour but de favoriser une certaine méritocratie républicaine. Elle n'a peut-être pas réussi en tout, mais elle a contribué à la formation de plusieurs générations de fonctionnaires de qualité, dévoués au service public. Elle avait acquis une solide réputation dans de nombreux pays étrangers qui y envoyaient, chaque année, des stagiaires.

Cette suppression me semble traduire un nouveau renoncement et un nivellement par le bas... André Malraux disait très justement : " Je me méfie beaucoup des Messieurs je sais tout, mais encore plus des Messieurs je ne sais rien ! "

Didier QUENTIN
Député de la Charente-Maritime
Énarque de terrain
Promotion Simone Weil 1974

- Facebook -

- Formulaire de Contact -