images/Didier-Quentin-Assemblee-nationale.jpg
Le 10 décembre 2009
 
 
 
 
 
 
Question écrite
 
 
 
Didier QUENTIN appelle l'attention de Monsieur le Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, sur le niveau des prix des aliments peu transformés.
           
En effet, le niveau des prix des aliments peu transformés n'est pas ajusté à celui des prix des produits bruts, en majorité issus de l'agriculture.
 
En outre, entre septembre 2007 et septembre 2009, le prix de revient du lait pour les producteurs a baissé de 7%, alors que le prix de revente aux consommateurs a augmenté entre 5% et 11%.
 
A cet égard, les consommateurs estiment qu'en l'absence de données publiques et en raison de la baisse significative des prix agricoles depuis la mi-2008, le maintien de prix élevés laisse apparaître des marges injustifiées.
 
En ce sens, ils souhaitent donc, en période de forte variation des prix agricoles, la création d'un système de nature règlementaire permettant d'encadrer les marges, si leur progression apparaît injustifiée. Il propose la mise en oeuvre d'un coefficient multiplicateur à l'image du dispositif existant, depuis 2005, en matière de régulation des prix des fruits et légumes.
 
C'est pourquoi il demande à Monsieur le Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, de lui préciser les mesures qu'il entend prendre pour encadrer les prix des aliments peu transformés, au regard du niveau des prix des produits bruts.
 
 
 
                                                                                 
                                                                                  Didier QUENTIN